Miouzik

Un rapide billet pour signaler la parution récente d’un livre de Marshall Chasin : Music and Hearing Aids – A Clinical Approach.

Marshall Chasin est audiologiste, spécialisé dans l’audition des musiciens. Il écrit entre autres tous les mois dans The Hearing Review un petit article dans « Back to basics » où il analyse justement les « basiques » de notre profession, ces questions que l’on se posent tous mais que l’on n’ose pas/plus poser, et avec humour souvent.

Ce livre est destiné aux audioprothésistes (oui, à nous !) désirant régler et mesurer les aides auditives pour une écoute optimisée de la musique.

Quelles sont les erreurs à éviter ? Quel est l’impact de la compression sur l’écoute musicale ? Quel est l’impact du délai de traitement (le « Group Delay ») d’une aide auditive sur la restitution harmonique de l’écoute musicale ? La transposition, je peux ? Et beaucoup d’autres.

Ce livre apporte des réponses très pertinentes, qui vont au-delà du « Je vous crée un programme musique » !

Quelques exemples parmi des dizaines, que je glane :

  • Le niveau de la musique « moyenne » n’est pas équivalent à celui de la voix « moyenne » (65dB SPL), mais plutôt de 80dB SPL. Régler l’écoute de la musique « faible » avec une aide auditive se fera plutôt avec les gains à 65, puis les gains à 80dB pour la musique moyenne.
  • Nos chaînes de mesures ne sont pas adaptées à la mesure in vivo « live » de la musique : en effet, la plupart des chaînes de mesures analysent le signal sur des fenêtres temporelles de 125ms, fenêtre idéale pour l’analyse de la parole. Cependant, pour la musique, le facteur de crête est au moins 10dB supérieur à celui de la parole, mais n’est réellement mesurable qu’avec une fenêtre de 50ms environ. Il faut donc créer sur les chaînes de mesures un mode test spécifique réduisant la fenêtre temporelle d’analyse pour la mesure in vivo de la musique. Sur ce matériel, le fait de décocher « 1/3 octave & chevauchement des durées » ramène la fenêtre d’analyse à 46ms par exemple, de même que passer le mode d’enregistrement de « 1/3 octave » à « sans pondération » donnera une bien meilleure visualisation harmonique :
  • Quelques anecdotes sur « l’habituation progressive aux aigus de la femme de Flechner (père de la psychoacoustique moderne) ». (!!)
  • Des conseils de réglages pour les décalages fréquentiels.
  • Etc., etc.

Bref, un livre passionnant à tous ceux qui sont sensibles à cet aspect de la réhabilitation, très en phase avec les technologies actuelles.

Bonnes vacances à tous.

Laisser un commentaire